En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Université de Genève INSPE Maison pour la science en Aquitaine CREAD

Colloque écologie science enseignement éducation

 

L'écologie, du labo à l'école

Enjeux, démarches, acteurs

Colloque francophone, 18 novembre 2020, Université de Bordeaux

    ATTENTION - Nouvelle date

     Le colloque était originellement prévu le 17 novembre 2020 à l'université de Bordeaux.  
     Dans l'attente d'un apaisement de la situation sanitaire globale, le colloque est reporté de quelques mois.
     Nous nous orientons vers le 17 MARS 2021 -- La date sera arrêtée très prochainement.

Poster

La mobilisation de la jeunesse mondiale contre “l’inaction climatique” témoigne d’une prise de conscience des conséquences du changement climatique sur la biosphère et les sociétés humaines. Si cela traduit la confiance des jeunes européens dans les discours des scientifiques, alors il y a matière à s’en réjouir. Mais on peut légitimement s’interroger sur les savoirs et les croyances à l’origine de cette prise de conscience. Pour cela, il convient d’examiner le rôle des différents acteurs impliqués dans la diffusion des savoirs en écologie et de leurs liens avec les savoir faire et savoir être. Quels sont ces acteurs ? Il y a bien sûr en premier lieu l’institution scolaire,  le comité d’orientation sur les programmes de l’éducation nationale, les structures impliquées dans la promotion des sciences et la formation des enseignants. Il y a aussi les médias consultés directement par les enfants et les adolescents, et ceux dont les contenus sont sélectionnés et transposés par les enseignants. Il y a aussi les scientifiques eux mêmes dont le discours est relayé et transposé (ou pas) par les médias et les enseignants. 

A l’école, l’écologie est largement abordée par le prisme de l’éducation au développement durable (EDD), sans que la distinction entre les deux soit très claire. Dans l’enseignement secondaire, les professeurs de sciences de la vie et de la terre et les professeurs de physique chimie ont certes reçu une formation initiale sur l’ensemble des disciplines des sciences de la vie et de la terre, mais l’écologie ne représente qu’une faible proportion de ces enseignements. La situation est plus préoccupante pour les enseignants du premier degré pour qui la formation initiale en écologie est souvent anecdotique. De manière plus préoccupante encore, c’est la formation à l’épistémologie (Comment les sciences procèdent-elles ? Sur la base de quels arguments peut-on avoir confiance en ses méthodes ?) qui fait défaut dans la formation initiale et continue des enseignants, d’autant que cette dimension est par ailleurs peu – voire pas – relayée dans les médias. En miroir, la formation des enseignants n’aborde que peu la dimension sociale de la science, alors qu’elle se retrouve largement dans les programmes scolaires notamment à travers les “éducations à…”, dont l’EDD.

Il apparaît alors que les enseignants doivent éduquer leurs élèves au développement durable sans pour autant avoir été eux-mêmes suffisamment formés sur les dimensions disciplinaire, épistémologique et sociale de l’écologie et des sciences de l’environnement. Se posent alors inévitablement deux questions intrinsèquement liées : celle des sources d’information dont disposent les enseignants pour construire leur enseignements et celle de leur positionnement individuel vis-à-vis de questions socialement vives comme celles ayant trait au changement climatique ou à l’érosion de la biodiversité. Fautes de bases scientifiques solides, il y a un risque de tensions entre le positionnement individuel de l’enseignant, le contenu des programmes et plus généralement les injonctions de l’institution scolaire. 

Les interrogations légitimes sur le manque de formation scientifique des principaux acteurs de l’éducation à l’environnement ne doit pas occulter la responsabilité que peuvent avoir les chercheurs et les médiateurs scientifiques dans la diffusion des connaissances en écologie. Ecole, associations, chercheurs, médias, ont tous un rôle à jouer pour « scientifiser » les savoirs en écologie. Mais la définition de ce rôle pose de nombreuses questions. Attend-on des scientifiques qu’ils aillent au devant de la population pour pousser à l’action ou qu’ils restent en retrait Est-ce aux enseignants de former la pensée de leurs élèves en se conformant aux objectifs de développement durable ou doivent-ils seulement leur apporter des clés de lecture critique du monde ? Comment les trois “éducations à” (éducation au développement durable, éducation aux médias et à l’information,  éducation artistique et culturelle) s’articulent-elles avec les savoirs et les enseignements scientifiques ?

Le colloque a pour ambition de réunir écologues, chercheurs en didactique et en sciences de l’éducation et professionnels de l’éducation et des médias autour de la question de l’enseignement de l’écologie à l’école. Il s’agira notamment (i) d’explorer la manière dont l’écologie est enseignée de l’école à l’université et (ii) dans la formation initiale et continue des enseignants, (iii) d’analyser les sources d’informations utilisées par les enseignants pour transposer les savoirs en écologie et (iv) d’interroger l’implication (réelle ou souhaitable) des écologues eux mêmes dans le transfert de ces connaissances et la participation au débat public, notamment au travers des sciences citoyennes. Au travers de cette rencontre, l’ambition du colloque est d’initier une réflexion interdisciplinaire sur les enjeux et moyens de la diffusion des savoirs scientifiques en écologie vers le jeune public.